Comment résoudre le casse-tête de l’intégration des données entre applicatifs ?

Echanges inter applicatifs

Les Systèmes d’Information (SI) des entreprises sont de plus en plus complexes, du fait de la grande diversité des applications. Conséquence : il faut développer des architectures d’intégration adaptées, donc sur-mesure. Ceci passe par l’intégration des données entre applicatifs, un vrai casse-tête qui peut pourtant être résolu.

 

Legacy du SI

Si aujourd’hui tous les domaines sont visés, c’est bien dans l’informatique et les systèmes de télécommunication qu’est apparue l’idée de créer un ensemble de ressources organisé permettant d’intégrer la collecte, le stockage, le traitement et la diffusion des informations dans un même système. La composition du SI a cela dit évolué au cours du temps. Dans les années 80-90, la composition classique du système était basée sur un modèle pyramidal, très fortement inspiré de la hiérarchie au sein même de l’entreprise. On retrouvait à la base de la pyramide les TPS en charge du traitement des transactions fondamentales, puis les MIS pour la gestion de l’information, ensuite les DSS pour les systèmes aidant à la décision et, au sommet de la pyramide, les EIS (systèmes utilisés par la direction de l’entreprise). Actuellement, on retrouve plutôt dans les SI les ERP, les progiciels métiers et des systèmes maisons utilisés en complément. La structuration a donc clairement évolué.

Les flux d’échanges au sein du SI

Les flux d’informations se sont démultipliés ces dernières années, notamment du fait de la structuration et croissance des entreprises (qu’elles soient physiques ou virtuelles). En conséquence, les systèmes ont tendance à se décomposer par métier : la comptabilité, la production, la logistique, etc. Dans chacune de ses sous-parties, des centaines voire des millions ou des milliards de données vont être saisies. Mais souvent, des informations identiques sont entrées par des personnes de corps de métier différent sur des sous-parties différentes du système. Passer à l’intégration d’applicatifs va permettre d’automatiser les échanges de data entre composants d’un même système, donc de rendre plus fluides les flux tout en permettant une meilleure exploitation des données par les salariés de l’entreprise. Toutefois, la tâche est complexe car les applicatifs sont hétérogènes. D’autre part, il faut fluidifier les échanges mais aussi maintenir un niveau de sécurité élevé au sein du SI, ce qui n’est pas aisé non plus.

 

Interfaces point à point entre logiciels

Comme nous venons de l’expliquer, les échanges de données entre applicatifs dans un SI (ce qu’on appelle aussi “EAI” pour “Enterprise application integration EAI”) est un sujet complexe. Pour favoriser ces échanges, des interfaces point à point ont été créées. Elles permettent de relier chaque application du système. Nous verrons plus loin dans cet article que de nombreux outils EAI existent aujourd’hui, outils qui vont vous permettre de favoriser les échanges de données en interne, mais également en externe (avec vos prestataires notamment).

 

Pourquoi urbaniser son système d’information ?

L’objectif de l’urbanisation du SI est de structurer et d’organiser l’ensemble des échanges de données entre applicatifs. Cela passe notamment par la mise en place d’une architecture de type SOA Architectures Orientée Services. Cette architecture a trois principaux objectifs :

 

  • une structuration des procédures et composants logiciels en services;
  • la mise en place d’une procédure de publication de ces services facilitant leur intégration aux applicatifs;
  • un contrôle des utilisations des services pour gérer au mieux les problèmes de sécurité et d’administration

En résumé, une architecture de type SOA Architectures Orientée Services va décloisonner l’information au sein du SI et être orientée autour de l’usage final. A noter que les flux d’échanges doivent être pris en compte en fonction des objectifs métiers et non pas conditionnés par les applicatifs. D’où l’importance d’urbaniser son SI.

 

Les solutions logicielles pour l’intégration de données entre applicatifs

Il y a plusieurs outils pour intégrer les applications.

 

Enterprise application integration EAI

L’EAI se connecte aux diverses applications du SI, extrait et convertit les données dans un langage commun et les transporte vers le Middleware, un endroit qui permet d’assurer la communication entre les divers applicatifs. En ce point, le langage est en effet compréhensible par tous.

 

Entreprise Service Bus ESB

L’ESB (Entreprise Service Bus) peut être considéré comme une application d’intégration de nouvelle génération. Contrairement à l’EAI, l’ESB intervient à travers des modules de services au sein de chaque applicatif, et non plus directement dans les applications. Ce sont ces modules qui sont partagés vers un flux d’échange de données. L’ESB s’appuie sur des standards ouverts (par exemple le protocole XML).

 

Master Data Management MDM

La gestion des données de référence ou MDM englobe l’ensemble des outils, process et méthodes permettant de garantir une bonne identification des données et une utilisation sans aucun risque d’erreur. Toutes les données transitant sur le SI ne sont en effet pas toutes aussi importantes. Il y a des données pour lesquelles aucun doute ne peut être permis, comme des données comptables par exemple. Le MDM permet de constituer une base de référence de qualité en s’assurant notamment qu’il n’y a pas de doublons ou encore que les données sont cohérentes et à jour.

 

Business Process Management BPM

La gestion du processus métier ou BPM est un moyen de représenter les processus d’une entreprise en soulignant les interactions liées à l’Homme, les flux d’échanges de données dans le SI. Il permet d’obtenir une vision plus large du fonctionnement de l’entité, d’analyser et de rendre plus fluides les processus, donc d’améliorer la performance des entreprises.

 

Intégrer les applications de votre Système d’Information (SI) entre elles peut être un vrai casse-tête. Heureusement, des solutions existent pour vous faciliter la tâche. Vous pourrez alors gagner du temps avec un SI urbanisé, réduire les coûts, augmenter la productivité et limiter les sources d’erreurs au sein de votre entreprise.

 

Partager l'article :